Santé, sécurité routière, armée… La seconde jeunesse des lunettes connectées

De plus en plus utilisées dans le milieu médical et industriel, elles tentent de séduire le grand public avec des usages très ciblés.

La mère du petit Louis est enchantée. Placée pendant deux heures en salle de réveil après avoir subi une césarienne, elle peut tout de même vivre, via une tablette tactile et des écouteurs, les premiers instants de son bébé resté au bloc avec son père. Ce dernier a, en effet, la possibilité de communiquer avec elle, tout en tenant le nourrisson dans ses bras, grâce à une paire de lunettes dotée d’une connexion WiFi, d’une caméra, d’un micro, de haut-parleurs et d’un petit écran déporté. Ce dispositif est mis à la disposition des usagers de la maternité du centre hospitalier de Bigorre (Hautes-Pyrénées) depuis novembre. Il a été élaboré par la société rennaise AMA, qui développe des systèmes de téléassistance reposant sur des lunettes connectées. « La limitation des déplacements due à la pandémie a accéléré la demande pour ce type de solutions », se réjouit le directeur commercial d’AMA, Thomas Waendendries. Comptant plus de 450 clients dans une centaine de pays, sa société a quasiment triplé son chiffre d’affaires en 2020 (6,4 millions d’euros) et s’attend à le doubler cette année.

Les débuts difficiles de Google Glass

Pourtant, rares étaient ceux qui croyaient au potentiel des lunettes connectées après le flop magistral des Google Glass. Dévoilées en 2012, ces dernières n’avaient pas séduit le grand public en raison de leur prix élevé et d’une ergonomie laissant à désirer. Google interrompait d’ailleurs brutalement leur commercialisation trois ans plus tard. Mais plutôt que d’abandonner la partie, le géant du numérique s’est tourné, dès 2017, vers le monde professionnel. Ses Google Glass Enterprise, dont la seconde version est sortie l’an passé, facilitent aujourd’hui les tâches des employés en leur donnant accès à des informations ou à des outils de communication tout en les laissant libres de leurs mouvements. Elles aident ainsi des techniciens de General Electric, en Floride, à assembler plus rapidement les turbines destinées aux éoliennes en leur présentant les notices de montage. En Californie, les médecins du réseau hospitalier Sutter Health les utilisent pour consulter les dossiers médicaux des patients qu’ils sont en train d’examiner.

Lire sur L’EXPRESS

News , , , , , , , , ,