L’idée même de réalité augmentée a 50 ans, retours en dates clefs sur la solution développée par AMA et les hommes qui ont fait émerger le concept.

C’est en Mai 2015,
qu’AMA livre sa première mouture d’XpertEye. Il s’agissait pour un ambulancier d’embarquer en mobilité une solution permettant à la régulation de le guider sur le triage des patients et d’améliorer la prise en charge du patient en anticipant son accueil dans l’établissement proposé.

En 2014
Avant ce développement, AMA, sollicité par le chirurgien Philippe Collin du CHP St Grégoire en Ille et Vilaine, l’assistait pour une première mondiale. Il était question de compagnonnage et cette fois le chirurgien français portait les Google Glass et opérait en live un patient tout en échangeant avec un confrère, le professeur Goto, à l’université de Nagoya au Japon, qui lui recevait image et son sur son ordinateur.

En 2012
Google commercialisait les premières lunettes connectées sous forme de programme « explorer », permettant à ses premiers utilisateurs de faire leurs retours afin d’améliorer le concept. Le grand public n’a pas adhéré mais très vite les professionnels y ont vu un intérêt, notamment dans l’assistance à distance. Pouvoir échanger en mains libres avec un acteur terrain diffusant en live sa vision était une révolution.

C’est cependant en 1989
Que des étudiants de l’université américaine de Colombia utilisent le premier système portatif développé par Doug Platt, chercheur, sous forme de casque transparent baptisé « private eye » pour réparer des imprimantes laser. C’est véritablement le système le plus proche de la version des lunettes connectées lancées par Google en 2012.

En 1980
Steve Mann, professeur des sciences appliquées à l’université de Toronto considéré comme le père des lunettes invente et fait fonctionner un dispositif de lunettes assistées par un ordinateur pour augmenter la réalité dont le dispositif est placé dans son sac à dos.

Steve Mann et son digital eye glass

Mais c’est en 1968
Qu’Ivan Sutherland et David C Evans, chercheurs à l’université de l’Utah créent le premier casque de visualisation transparente, nommé « The Sword OF Damoclès ». Ce nom provient de la façon dont il était suspendu au-dessus du porteur. Les deux chercheurs sont considérés comme les pionniers de la réalité virtuelle. Leur objectif était de créer un système dans lequel, l’utilisateur ne distinguait pas la différence entre le monde réel du virtuel. Ce concept sera repris par Steve Mann et Steven Feiner de Colombia.

Cela fait donc déjà 50 ans, que l’homme cherche comment augmenter sa réalité à des fins de productivité, d’efficacité, de confort.
Au départ, il s’agissait de développer un outil à des fins scientifiques. Mais c’est le développement de solution de télé-assistance comme XpertEye sur lunettes connectées qui ont permis de comprendre que les besoins existent et qu’il ne s’agit pas d’une énième invention brillante sans cas d’usage.
Car le cas d’usage et le besoin client sont véritablement les clefs du succès. Sans besoins, les lunettes connectées deviennent un gadget et sans adoption, pas de réussite.
Depuis 2012, de nombreuses nouvelles lunettes connectées sont apparues et souvent développées en fonction des besoins professionnels, des cas d’usage et des environnements.
L’industrie n’a pas les mêmes besoins que la santé et en cela, les développeurs ont joué un rôle important auprès des fabricants, leur rapportant leurs expériences vécues au contact du terrain grâce à leurs relations privilégiées avec leurs clients. De plus en plus de lunettes, avec des nouveaux cas d’usage qui se révèlent de jour en jour.
La réalité augmentée est désormais essentielle et transforme l’industrie comme la médecine, les amenant à l’ère 4.0.

Nous n’en sommes qu’au début et cependant chez AMA, son fondateur, Christian Guillemot aime à penser que dans quelques années:

<< Quand on se fera la réflexion « comment faisait-on avant ? » cela signifiera alors que le concept est adopté au même titre que le téléphone portable. >>

Categories: Actus